Les années 80: chanson française...

vu sur http://musik.ftpk.net/bestof_80.html

1980 : La décennie s'ouvre dans un climat pré-électoral où Lenorman ose Si j'étais président. Dans la chanson, c'est un peu l'overdose de paillettes. Trust Antisocial et Téléphone Argent trop cher tombent à pic. La France commence à réclamer des chanteurs qui leur ressemblent. Fini le show, à la scène comme à la ville ou à la campagne : Renaud invite son public Dans son HLM, et pratique la douce agressivité Marche à l'ombre. Sourire devient louche, donc les chanteurs font la gueule comme Bashung qui, après 15 ans d'essais discographiques, marche enfin avec Gaby. Un fils de pub, Gotainer, se fait une place avec Primitif, pendant qu'un fils de BOF (« Emmanuelle »), Pierre Bachelet, arrive directement aux premières places avec Elle est d'ailleurs, et qu'un fils d'Ekta, le photographe Jean-Patrick Capdevielle, chante Quand t'es dans le désert. Balavoine doit lutter pour imposer Mon fils, ma bataille et Je ne suis pas un héros que Johnny reprendra. Son protecteur, Berger, fait enfin un tube d'interprète avec La groupie du pianiste. Barbelivien s'offre Elle, son premier tube bien à lui. Cabrel se noie dans L'encre de tes yeux pendant que Schmoll les préfère Couleur menthe à l'eau dans Le café noir. Juju s'amuse avec Quand je joue. Ottawan constitue le dernier bastion du disco français, avec T'es Ok. Lavilliers sent le motard de cuir avec Stand The Ghetto et Nougaro le terroir avec Le coq et la pendule. Héritiers des Collégiens, il y a le Grand Orchestre du Splendid avec La salsa du démon. Dassin nous lâche en plein Pacifique. A peine arrivé au pouvoir, Mitterrand libère les ondes, même le routier sympa, Meynier Est libre Max comme Hervé Christiani le chante. Goldman va devenir le symbole de ces années du socialisme, son premier tube en solo s'intitule Il suffira d'un signe. Clerc s'indigne de la peine de mort dans L'assassin assassiné et Balavoine s'insurge en présence du Président de la République au Journal Télévisé. Un musicien, Jean Schulteis, Confidence pour confidence, ne s'attendait pas à un tel tube. Lalanne prête l'épaule aux ados, Pleure un bon coup ma p'tite Véro, et l'oreille aux homos, La première fois qu'on m'a dit je t 'aime. Chagrin d'amour triomphe avec le premier rap français, Chacun fait ce qui lui plaît. Thierry Pastor aime la fiesta, son Coup de folie enflamme les discothèques. Herbert Léonard, après une longue traversée du désert, revient Pour le plaisir, et le reste... Bashung, malgré son Vertige de l'amour, prend de l'altitude, alors que Charlélie Couture décolle Comme un avion sans ailes. Jonasz reste fidèle au Joueur de blues qui sommeille en lui. Les orchestres de bals voient enfin arriver la relève avec La danse des canards de JJ Lionel. Inusable ! Brassens, usé, rend son âme au diable. Le problème majeur chez les ados reste la drogue et les overdoses qui se multiplient en 1982 : Hubert-Félix Thiéfaine danse le pogo sur La fille du coupeur de joints alors que Téléphone ouvre le débat avec Cendrillon, avant de se changer les idées avec Ca, c'est vraiment toi. L'humour dans le rock paie : Gérard Blanchard le prouve avec Rocamadour. Dans le blues aussi : Bill Deraime ose Babylone tu déconnes. Jean-Luc Lahaye est un des premiers produits FM avec Femme que j'aime. Julien paraît chanter le même thème, pourtant son Femmes je vous aime lui restera. Berliner ouvre à nouveau une brèche aux néo-romantiques avec Louise. Etienne Daho, transfuge de la scène rennaise et de Marquis de Sade, sort de son Grand sommeil. Goldman a bien assez à faire pour promouvoir son deuxième tube, Quand la musique est bonne et rejoindre le peloton de tête, tracté par Balavoine et son Vivre ou survivre. Après des années de galère, Lavil est sur le point de tout laisser tomber pour repartir aux Antilles. La veille de tout plaquer, Il tape sur des bambous, et c'est numéro Un ! Quant à Mitchell, il tombe ses défenses devant Le cimetière des éléphants. Les chanteurs se mouillent en politique en 1983. Renaud, Gavroche frondeur, soutient Mitterrand, tout en prenant de belles libertés avec la langue française : Morgane de toi et Dès que le vent soufflera. Souchon chante la crise, On avance. Goldman préfère l'amour, Comme toi. Chamfort a effacé le minet au profit du dandy avec Rendez-vous. Gainsbourg se partage entre ce dernier, Birkin, et une nouvelle actrice qu'il accroche à son tableau de chasse : Isabelle Adjani. Clerc est prêt à tout pour un nouveau public : Lili voulait aller danser, Cur de rockeur. Berger rebelote comme interprète à succès avec Le prince des villes. Le groupe au look androgyne Indochine, découvert par Lenorman, enflamme les lycées avec L'aventurier. Patrick Bruel, porté par le souffle du sirocco, fait un premier hit : Marre de cette nana-là. Marc Lavoine, ex-ouvreur de l'Olympia, marche avec Pour une biguine avec toi. Axel Bauer s'inspire de Jean Genêt pour un Cargo qui sent la sueur moite. De nouveaux néo-yéyés, Les Forbans Chantent, chantent, chantent. Petit Papa Noël, Tino Rossi, part pour le ciel. Cookie Dingler l'a compris, désormais, la Femme libérée donne au sexe dit faible une autre image de P'tite Lady à la Vivien Savage ou de Fille aux bas nylons, de Mélissa à la Clerc. Jean-Pierre Mader ouvre la voie à la vague toulousaine avec Disparue. Daho persiste et signe Week-end à Rome. C'est le retour du romantisme avec Frédéric François Mon cur te dit je t'aime. Après des années cinéma, Dutronc joue les porte-bonheur avec Merde in France. Son pote, Gainsbourg épouse les sonorités modernes rap et funk : Love On The Beat et choque une nouvelle fois dans le duo Lemon Incest avec sa fille, Charlotte. Lahaye devient Papa chanteur de façon plus soft. Monsieur Eddy chante Comme quand j'étais môme. Pour Goldman, tout va bien : Envole-moi est à nouveau numéro un. 1985 : à l'heure où Indochine chante les ambiguïtés de look dans Troisième sexe, Téléphone rêve d'Un autre monde... Suite à USA For Africa, la France se met au Charity Business. Renaud regroupe les chanteurs de « sa bande » pour Ethiopie. 36 artistes le rejoindront. Coluche, lui, préfère s'intéresser à la misère chez nous et fonde les Restos Du Cur grâce à un single signé Goldman. Ces derniers sont tous en haut de l'affiche : Goldman en duo avec Michael Jones dans Je te donne, Renaud nostalgique dans Mistral gagnant et agressif dans Miss Maggie. Chanter pour ceux donne à Berger un succès personnel pendant que Johnny joue le guide de Tennessee et Le chanteur abandonné. Balavoine combat le racisme dans L'Aziza. Jonasz, bon an mal an, n'aime que La boîte de jazz. Marc Lavoine dégaine ses Yeux révolver et Bascule avec moi. Jean-Jacques Lafon débarque de Toulouse et impose Le géant de papier face à Frédéric François qui sort l'artillerie lourde, Je t'aime à l'italienne. Les francophones aiment la France. Le Québécois Daniel Lavoie annonce qu'Ils s'aiment, tandis que le suisse germanique Stéphan Eicher s'étonne de Two People In A Room. Caussimon nous quitte. Chamfort devient producteur d'A Cause des garçons et laisse la place à un autre dandy sombre, Souchon, pour la Ballade de Jim. Son pote, Voulzy, relance l'acoustique avec Belle-Ile-en-Mer. Cabrel papa continue sa série de tubes, Encore et encore. Louis Chédid ose parler du problème juif et rend hommage à Anne Frank, Anne ma sur Anne. François Feldman, au bout de dix ans, commence sa tournée des discothèques Rien que pour toi. Pour Téléphone Le jour s'est levé pour la dernière fois, le groupe se sépare. Un groupe de bal de Toulouse, Gold et son chanteur Emile, vont s'élever très vite Plus près des étoiles. Après Berger, c'est Goldman qui travaille avec Hallyday pour Je t'attends, toujours Pas toi. Le chef d'Orchestre des années 50, Jacques Hélian, nous quitte. Impliqué dans les problèmes de l'Afrique, Balavoine trouve la mort dans le Paris-Dakar : Sauvez l'amour est son tube posthume. Coluche et Le Luron le suivent de près. Putain de camion, putain de poison ! La France compte en 1987 un nouveau phénomène : la famille monoparentale dont Goldman témoigne dans Elle a fait un bébé toute seule. La première génération de Beurs est désormais adulte : Carte de séjour et Rachid Taha ironisent sur Douce France. Cabrel s'allie une chorale d'enfants pour Il faudra leur dire. Un petit nouveau, Florent Pagny est loin de faire N'importe quoi, l'avenir le prouvera. Un DJ débute dans le métier, son nom est Phil Barney, il chante un Un enfant de toi, un titre néo-réaliste. De nouveaux groupes déboulent : les Gipsy Kings, flamenco, avec Djobi djoba, Les Innocents, pop-rock, avec Jodie, Licence IV, chanson à boire, avec Viens boire un petit coup. Un groupe de trois Lyonnais, L'Affaire Louis Trio, est prêt à Tout, mais pas ça. Un duo de garçons, David et Jonathan, préfigure ce que seront les boysbands avec Gina. Pourtant, la variété n'en mène pas large : Seul Herbert Léonard cartonne avec Quand tu m'aimes, Eric Morena prenant l'eau avec Oh mon bateau, Demis Roussos faisant un come-back avec Quand je t'aime signé Barbelivien. Julien Clerc s'exile avec Hélène, Sardou est excommunié avec Musulmanes. Eicher préfère le français mais pour Combien de temps, Daniel devient Nilda (Fernandez) et entame une carrière bilingue, franco-hispanique, entre Madrid Madrid et Paris. Feldman fait un deuxième tube avec Slave. Claude met le cap à 180° sur Nougayork. Un nouveau Belge, Philippe Lafontaine, ouvre son Cur de loup. Voulzy persiste et signe pour l'acoustique avec My Song Of You. Son compatriote Lavil enregistre un duo Kolé séré avec Jocelyne Béroard de Kassav'. Goldman chante Là-bas et fait chanter Johnny avec Laura, Je te promets, J'oublierai ton nom... 1988 : A cause de Début de soirée et de ses Nuits de folie, L'Affaire Louis Trio doit sauver la Chic planète. Paco, lui, préfère ré-adapter en espagnol La foule de Piaf. Lavoine travaille son image avec Catherine Ringer, Qu'est ce que t'es belle. Leforestier fait son come-back avec un hymne à la fraternité raciale : Né quelque part. Goldman ne quitte pas l'autoroute du succès avec Puisque tu pars. Le fils de Johnny et Sylvie, après des années de batterie, et la BOF de « He's My Girl » monte très High. Dans la deuxième version de Starmania, on entend Renaud Hantson. Les Québécois pleurent le pionnier de leur chanson moderne, Félix Leclerc. C'est un nouveau disque caritatif suite à un tremblement de terre, Pour toi Arménie, qui marque l'année 1989. Il est initié par Aznavour. Canadien bilingue, Roch Voisine fait sont plus gros succès en France avec une autre Hélène. Feldman Joue pas : il est devenu le prince des DJ's. Après des années de petits succès, Bruel peut enfin se Casser la voix devant des milliers de fans... Souchon raconte Quand j's'rai KO, du coup Higelin Tombe du ciel. Lavilliers est On The Road Again, alors que pour Cabrel, C'est écrit à la Sarbacane. Jean-Louis Murat est un énigmatique Ange déchu. David (Hallyday) compose pour Johnny (Hallyday) Mirador. Le regard d'Eddy sur la société est de plus en plus incisif : Lèche-bottes blues. Un groupe rock prend la relève de Téléphone, Noir désir, en saluant les Sombres héros de la mer. Le footballeur Jean-Pierre François nous fait une promesse Je te survivrai. Il ne la tiendra pas.

 

Les années 80 (vu sur le site)
Les années 1980 sont marquées par l'irruption du sida, une forte montée du chômage et un malaise croissant dans les banlieues. Peur du chômage et sécurité deviennent le centre des préoccupations. Les débats sur la mondialisation et sur la sauvegarde de la langue française sont légions. L'évolution des modes de vie ne se limite pas au développement de la micro-informatique, à l'implantation des Mac Donald's ou à l'ère des méga-stars internationales, comme Madonna ou Michael Jackson. Cette décennie est aussi celle de la libéralisation des médias, de la World Music et des grandes causes humanitaires. L'autorisation des radios libres est une révolution importante dans le mode de la diffusion de la chanson. On assiste à une véritable explosion des radios FM, dédiées à la musique. Tout en multipliant l'offre, elles imposent une segmentation accrue du marché. La programmation musicale n'est plus fédératrice, mais ciblée en fonction d'un genre ou d'un public. Quand à la télévision, la création de la première chaîne musicale popularise un nouveau support de diffusion, le clip . S'ajoute, à ces nouveaux espaces de promotion, l'apparition et l'adoption par le public du compact disc. Un classement des titres par les ventes s'impose et c'est la naissance du Top 50. La décennie s'ouvre avec la mode New Wave dont Indochine devient, en France, le groupe phare. Ce courant musical se caractérise par un son clair, des synthétiseurs et des voix désincarnées. Le bref mouvement punk laisse, néanmoins, des traces durables avec l'apparition du rock alternatif. Ce dernier est représenté par des groupes comme Les Béruriers Noirs, Les Garçons Bouchers, La Mano Negra , les Négressses Vertes ou Rita Mitsouko . Le phénomène musical marquant des années 1980 , reste l'explosion de la World Music avec un grand engouement pour la musique africaine: "Yeke yeke" de Mory Kante, "Asimbonanga" de Johnny Clegg ou "Sweet fanta dialo" d'Alpha Blondy. Grand intérêt aussi pour le zouk des Antilles avec Kassav , par exemple, et pour le raï avec Khaled . La Fête de la Musique sert de résonance à cette sono mondiale. Mis à part un atypique "Chacun fait ce qui lui plaît", le phénomène rap ne commence à gagner la France qu'à la fin de la décennie